PME : Pourquoi faut-il rendre son entreprise attractive ?

entreprise attractive

Face à des difficultés de recrutement récurrentes, les PME ne sont pas sur un pied d’égalité avec les grandes entreprises, dans leur concurrence pour être une entreprise attractive. Ces recrutements « perdus » représentent un manque à gagner qui limite la croissance de ces entreprises. Rendre son entreprise attractive est crucial pour recruter les meilleurs profils, et grandir. Pourquoi ?

Parce que les difficultés de recrutement touchent 4 PME sur 5

Selon le baromètre Rexecode de Novembre 2021, 73% des PME/TPE ont souhaité recruter au cours des 12 derniers mois. Parmi elles, 79% ont été confrontées à des difficultés. Ces difficultés affectent pour 51% d’entre elles le développement de leur activité, et 38% ont des craintes quant à leur impact à venir.

70% des dirigeants n’ont reçu aucun CV sur les postes offerts. 34% des entreprises doivent alors restreindre leur activité.

Parce qu’elle est en concurrence avec d’autres entreprises

On comprend aisément que la recherche de candidats devient difficile dans ces conditions. 144.000 PME sont présentes en France. Et rien qu’en région PACA, plus de 13.000 PME participent à cette course aux talents. Ici, le but n’est pas de passer la ligne d’arrivée en premier, mais de construire une stratégie permettant de pérenniser ses recrutements.

Être une entreprise attractive et préférée d’entre ses concurrents est la condition sine qua none pour tirer son épingle du jeu.

Parce qu’il y a une véritable pénurie sur certains postes / profils

Commerce, hôtellerie/restauration, transport, industrie, postes saisonniers… Les métiers en tension ne manquent pas sur le territoire français. Selon l’étude Pôle emploi 2022, 86% des recruteurs invoquent encore une fois un nombre insuffisant de candidats.

.

Selon Pôle emploi, la liste des métiers en pénurie est longue : des postes récurrents qui ne génèrent que très peu de candidatures

.

L’agriculture, la santé, la restauration, l’aide ménagère, l’animation socioculturelle, la logistique ou le commerce font partie des secteurs en tension. Le taux de difficulté s’est particulièrement accentué pour les métiers d’infirmier.e.s, puériculteur.ices, éducateur.ice spécialisé.e et de conducteurs de transport en commun sur route. Et en 5 ans, ce taux est passé de 39 à 53%.

Donner une bonne image de son secteur, de ses métiers et de sa culture pour rendre son entreprise attractive

Le niveau de salaire est souvent la priorité des candidats. Mais jouer sur la rémunération est une mesure qui laisse peu de marge de manœuvre aux PME. S’il s’agit d’un critère important dans le choix d’un recruteur, la fidélisation des salariés se joue ailleurs. Ce qui fait rester un employé est l’expérience qu’il vit au quotidien dans son entreprise.

Il est donc primordial pour les PME de redorer auprès des candidats l’image de leur secteur et de leurs métiers. Certains secteurs d’activité conservent une mauvaise image qu’il faut compenser. Le principal levier pour se démarquer est de sensibiliser les talents aux attraits du secteur et expliquer comment les métiers ont changé.

.

Ce qui compte le plus dans la fidélisation d'entreprise est l'intérêt du métier, du secteur et des relations de travail

.

Parce que candidats et salariés ont de nouvelles attentes

N’oublions pas l’essentiel : les professionnels ont plus que jamais des attentes matérielles et humaines envers leur (futur) employeur. Ils comparent les offres d’emploi attentivement et trient rigoureusement les entreprises à qui ils enverront leur CV.

Les nouvelles attentes des candidats ont été amplifiées par la crise sanitaire. Aux États Unis, 4 millions de salariés ont quitté leur emploi en 2021. Selon les experts, ce « big quit » se traduirait effectivement par une « grande démission » en France. Au niveau mondial, 41% des salariés envisageraient de démissionner en 2022. Par ailleurs, la DARES a annoncé que le niveau de démission de CDI en France était supérieur de plus de 19% comparé à ces deux dernières années. Les ruptures anticipées de CDD étaient supérieures à près de 26%.

Sans grande surprise, les attentes générales des salariés penchent principalement vers :

  • Un équilibre vie pro/vie perso satisfaisant
  • Un meilleur confort au travail
  • Une pression moindre
  • Une gestion de leur temps plus flexible
  • La sensation que leur travail a du sens
  • L’impression que leurs efforts sont reconnus

Rendre son entreprise attractive en adoptant une démarche marketing dans son recrutement

Mettre en avant les avantages de son secteur, de ses métiers, des conditions de travail et de sa culture d’entreprise n’est pas un sprint. C’est pour les PME une course de fond qui nécessite une vraie réflexion en amont, et qui débouche sur un plan d’action concret. Un marathon se prépare.

Le marketing RH est une démarche qui utilise les meilleurs outils du marketing pour les appliquer aux objectifs de recrutement des PME. Elle s’appuie sur :

  • L’identification des points à améliorer pour fidéliser leurs salariés
  • La connaissance de leurs points forts, mais aussi des atouts de leurs métiers et secteurs
  • La construction d’une feuille de route pour mettre en place pas à pas des actions pérennes

Une meilleure communication RH devra prendre le relais pour rendre votre entreprise attractive auprès des candidats, en s’appuyant prioritairement sur les espaces digitaux et les réseaux sociaux. Parlons-en.

Partagez ce post

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp

Ces articles pourraient vous intéresser

Robinet fermé : symbole de la pénurie de candidats qui touche les recruteurs de plus en plus fort, d'où la nécessité de mesurer le ROI des actions RH
MARKETING RH

Pénurie de talents : comment mesurer le ROI des RH face aux difficultés de recrutement ?

Le contexte actuel est celui d’une pénurie de talents sur le marché du travail. Les entreprises ont manifestement tout intérêt à investir dans les ressources humaines, pour favoriser le recrutement et la fidélisation de leurs meilleurs éléments. Il est cependant important d’évaluer le rapport entre le coût et les bénéfices de ces actions en ressources humaines afin de prouver leur rentabilité. Comment mesurer le ROI en RH en fonction du contexte actuel du marché du travail ?

recruteur chasseur
MARKETING RH

Le recruteur est-il un chasseur/cueilleur ou un agriculteur ?

La transformation humaine la plus disruptive ne date pas de 1789 mais de 12.000 ans avant notre ère. La révolution néolithique est caractérisée par le passage des tribus de chasseurs/cueilleurs à des communautés d’agriculteurs : deux appréhensions radicalement différentes de l’environnement. Les rapprocher des pratiques de recrutement nous aide à mieux les comprendre.