MARKETING RH — 15 novembre 2011

La question de savoir si les réseaux sociaux présentent un intérêt pour le recrutement des entreprises est une antienne. Les réponses apportées restent encore trop souvent dans le registre du théorique, oscillant entre un optimisme béat, qui présente les médias sociaux comme le remède à tous les maux RH des entreprises, ou à l’inverse comme des espaces de non-droit, qui exposent les entreprises à des déferlantes de critiques et de propos acerbes impossibles à gérer. Mais surtout, la vision candidat est encore trop peu partagée, bien qu’il soit le premier concerné. J’ai donc souhaité prendre cette fois le sujet sous l’angle du candidat, et de manière la plus concrète qui soit : le témoignage. Je reproduis ici des échanges eus avec Mélanie Walter, qui a fait plusieurs fois l’expérience des réseaux sociaux dans sa recherche d’emploi. Son témoignage est d’autant plus intéressant qu’elle est en même temps très investie sur ces sujets à titre professionnel, ce qui lui donne le recul nécessaire.

Mélanie, peux tu te présenter rapidement.
Je suis actuellement Responsable Marketing Web et Communication d’Ides Infor, SSII spécialisée en conseil IT, applicatif et gestion des infrastructures de communication. Avec ma connaissance des enjeux de la marque employeur et des réseaux sociaux, je développe une stratégie marketing sur le web. Je mets en place des relations avec nos cibles de recrutement qui favoriseront l’acte de candidature. J’ai donc une vision à la fois des attentes du recruteur et du candidat.

Quels sont les canaux que tu privilégies quand tu cherches un emploi ?
Tout d’abord je réponds aux annonces via des sites comme l’Apec, Monster ou d’autres moteurs de recherche. Après avoir envoyé mon CV, je ne le laisse jamais tout seul, perdu dans la boite email d’un recruteur inconnu. J’essaie de rentrer en contact avec le recruteur grâce à Viadéo ou LinkedIn (qui sont mes favoris). Je lui indique que j’ai postulé à l’annonce et que je souhaiterai le rencontrer.

Pourquoi as-tu cette démarche ?
Je ne parle plus à une boite email mais à une personne dont je connais maintenant le parcours professionnel. Je lui montre également ma motivation pour le poste. De l’autre côté, le recruteur ne lit plus simplement un CV parmi d’autres. Il m’est déjà arrivé en tant que recruteur de revenir sur un CV que j’avais écarté suite à une demande Viadéo. Sur 10 candidatures envoyées de cette manière, j’ai eu en moyenne 5 à 6 réponses (positives ou négatives), ce qui est largement supérieur à une démarche classique.

Utilises-tu d’autres manières que la réponse à annonce ?
En tant que candidat, je cherche des entreprises avec lesquelles je souhaite travailler et je rentre en contact avec elle par Viadéo ou LinkedIn. J’ai pu de cette manière rencontrer des personnes influentes, qu’il m’aurait été impossible de rencontrer par un contact classique. Les réseaux aplanissent la hiérarchie et humanisent les relations. La démarche du recruteur est exactement la même. Sur les réseaux il cherche des candidats pouvant lui correspondre et rentre en contact direct avec lui.

Et Twitter dans tout ça ?
J’utilise Twitter comme un outil de veille dans ma recherche d’emploi. Je suis les twitts de personnes du même secteur d’activité que moi et  qui sont susceptibles de relayer des annonces. Comme Twitter va très vite, j’ai plusieurs fois eu une longueur d’avance en répondant à un Twitt.

Quelles sont les informations que tu recherches en priorité ?
De manière générale, je regarde la santé financière d’une entreprise, son organisation, sa visibilité sur internet  et le profil des personnes y travaillant. Lorsque je me rends à un entretien j’aime savoir avec qui je vais m’entretenir ainsi que les salariés présents dans le service que je suis sensée rejoindre.

Penses tu que les entreprises doivent être présentes sur les réseaux ?
Aujourd’hui le fait d’avoir une visibilité sur les salariés de l’entreprise et l’entreprise elle-même, est gage de transparence. Une entreprise qui n’est pas présente sur les réseaux, ou pire sans aucune visibilité sur Internet parait suspecte.

Utilises-tu d’autres réseaux ?
J’utilise également Facebook avec les nouvelles applications tel que Beknown ou Branchout. Maintenant que Facebook a donné la possibilité de séparer vie privée et vie professionnelle, j’ai ouvert mon profil à tout le monde. Facebook me permet principalement d’avoir des informations complémentaires sur l’entreprise.

Quels principaux bénéfices as tu trouvé en utlisant les réseaux sociaux ?
Grâce à eux, en tant que candidat, je sors de l’anonymat et je rentre dans une conversation avec mon futur employeur. Je ne suis plus en position d’attente mais je suis active dans ma recherche. De cette manière je me sens à égalité face à l’employeur. En tant que recruteur, j’essaye d’avoir plus d’informations sur mon futur salarié, je le “googlise”. J’accède ainsi aux potentiels travaux, blogs ou autre qu’il a déjà effectués et diffusés sur le Web, c’est une sorte de prise de références en plus.

A l’inverse, quels sont les aspects qui te gênent ?
Je fais attention à ma e-reputation et je ne donne aucune information sur ma vie personnelle dans les espaces publics. Cela me demande d’être vigilante de ce côté là et de créer des “Google Alertes” par exemple.

Compte tenu de ton parcours et des postes recherchés, les réseaux sociaux étaient évidents. Penses-tu qu’ils présentent la même utilité pour tout type de poste/ de secteur d’activité ?
Si je prends l’exemple du secteur du bâtiment que je connais un peu, ce secteur a des forums spécialisés comme tous les autres, des annonces sur des sites comme le “Moniteur” et des cabinets de recrutement qui chassent grâce à Viadéo, LinkedIn. Je ne vois pas réellement de différence avec le secteur du Web ou de l’informatique. Je pense que les systèmes de recherche que j’ai évoqués plus haut peuvent être dupliqués sur tous les postes et sur tous les secteurs d’activités.  Ce n’est pas un phénomène de mode, ce sont de nouveaux outils à disposition de tous les candidats, recruteurs et marques employeurs.

Share

Partage

A propos de l'auteur

Franck La Pinta

J’accompagne depuis plus de 15 ans un groupe bancaire de dimension international dans sa transformation liée aux nouvelles technologies et au digital. J’interviens notamment pour analyser les impacts et exploiter les opportunités de cette révolution numérique sur les process business, la relation client, les ressources humaines, le management, le marketing, la communication.

(2) Commentaires

  1. Les réseaux sociaux sont-ils utiles aux candidats… ?

    Assurément si j’en crois mon expérience de formateur en TRE (technique de recherche d’emploi) J’ai ainsi accompagné pour le compte de l’APEC et pôle emploi des cadres en recherche d’emploi (prestation marketing emploi). Les réseaux sociaux ont été rapidement une évidence lorsqu’un stagiaire devait répondre à une offre. Que ce soit pour analyser le profil du recruteur voir de ces futurs collègues… les réseaux sociaux ont constitué une sources d’information complémentaire aux annuaires d’entreprises.

    De plus, dans le cadre de certaines candidatures téléphonique on ne vous passe la personne que si vous connaissez son nom, là encore les Réseaux Sociaux se sont avérés très utiles pour identifier la personne sur le poste. Enfin à titre personnel j’anime toujours une communauté sur Viadeo « Marketing emploi » (http://fr.viadeo.com/groups/?containerId=0025jzxl81sfg80) qui m’a permis de garder des liens avec des personnes que j’ai accompagné il y a plus de 7 ans. Ce qui aurait été très difficile sans les réseaux sociaux.

    Je pense que la plupart des formateurs en TRE qui ont su prendre le virage des réseaux sociaux ont permis d’offrir une réelle valeur ajoutée à leurs formations.

    • Bonjour,
      un grand merci pour votre commentaire, et surtout ce témoignage « vécu » qui est bien plus fort que la théorie.
      AU plaisir de vous relire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *