Pourquoi le mariage entre réseaux sociaux et entreprise est-il si difficile ?

Les difficultés d’intégration des réseaux sociaux à l’entreprise tiennent en grande part à l’organisation de ces dernières. Dans un environnement complexe, fortement concurrentiel, difficilement prédictible et avec des exigences croissantes de la part des clients et une accélération des mutations technologiques, l’information, et sa capacité de traitement pour en faire un avantage « business » est l’élément essentiel. Malheureusement, entreprises et réseaux sociaux sont diamétralement opposés dans leur traitement de l’information.

Comment entreprises et réseaux sociaux différent dans le traitement de leur information ?

LE QUI : dans l’entreprise, émetteurs et récepteurs de l’information ont des rôles parfaitement identifiés : Pour l’émetteur, il s’agit de services dont c’est la mission (département de la communication) ou de personnes (les speakers officiels, habilités à s’adresser aux journalistes). Le critère qui définit cette légitimité à s’exprimer est fortement corrélé à l’organisation ou à la hiérarchie, parfois plus qu’à une réelle compétence. La masse des collaborateurs est historiquement du côté des récepteurs, et cette répartition des rôles est garantie par les process de validation de l’information. Les règles implicites des réseaux sociaux rejettent cette dichotomie et les filtres de validation se réduisent à la modération et à une forme d’auto-régulation. Ainsi, tous les acteurs sont en même temps émetteurs et récepteurs de l’information. Nous avons d’un coté du « one to many » et de l’autre du « one to one ».

LE QUAND : l’entreprise va calendariser ses prises de paroles selon des objectifs précis, ou en fonction de sa propre activité. A charge aux récepteurs d’être disponible et en attente de cette information au moment ou celle-ci est diffusée. A l’inverse, avec les réseaux sociaux, la circulation d’information s’établit via les conversations et le principe bien connu de viralité. Dans ce cas, la vitesse et le rythme de diffusion ne peuvent être anticipés.

LE QUOI : ici encore, l’entreprise, via ses départements dédiés ou ses speakers officiels, détermine, en même temps que le calendrier, les sujets qu’elle souhaite traiter. Elle va ainsi les imposer à ses publics, recherchant davantage la puissance de diffusion que l’attention. Les échanges au sein d’un réseau social vont en revanche se construire en fonction d’un intérêt partagé et de la popularité pour un sujet donné.

LE OU : l’entreprise dispose de canaux de communication qui ont très souvent été conçus en s’attachant davantage aux populations visées (tous collaborateurs, managers intermédiaires, top managers, ligne métier particulière,…) avant de définir les contenus qu’ils devaient diffuser, et ce dans une logique descendante et unidirectionnelle. Au contraire, l’information circulant de personne à personne dans un réseau social, chacune décide librement de relayer, d’enrichir ou bien se s’opposer à cette information : comme pour l’échelle de temps, celle de lieu se prédit difficilement.

Le traitement et l’exploitation horizontale de l’information dans les réseaux sociaux s’oppose à l’organisation verticale des entreprises. Les entreprises prennent progressivement conscience que la valeur de cette information ne réside pas dans sa possession mais dans sa faculté de circulation pour qu’elle parvienne au plus vite au collaborateur de l’entreprise que saura en tirer une valeur maximum et en faire un avantage compétitif plus vite que le concurrent. Cette fluidité ne s’accommode pas avec une rigidité organisationnelle, de même que la réactivité vitale dans un monde complexe et changeant s’oppose aux principes de planification.

Partagez ce post

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp

Ces articles pourraient vous intéresser

Robinet fermé : symbole de la pénurie de candidats qui touche les recruteurs de plus en plus fort, d'où la nécessité de mesurer le ROI des actions RH
MARKETING RH

Pénurie de talents : comment mesurer le ROI des RH face aux difficultés de recrutement ?

Le contexte actuel est celui d’une pénurie de talents sur le marché du travail. Les entreprises ont manifestement tout intérêt à investir dans les ressources humaines, pour favoriser le recrutement et la fidélisation de leurs meilleurs éléments. Il est cependant important d’évaluer le rapport entre le coût et les bénéfices de ces actions en ressources humaines afin de prouver leur rentabilité. Comment mesurer le ROI en RH en fonction du contexte actuel du marché du travail ?

recruteur chasseur
MARKETING RH

Le recruteur est-il un chasseur/cueilleur ou un agriculteur ?

La transformation humaine la plus disruptive ne date pas de 1789 mais de 12.000 ans avant notre ère. La révolution néolithique est caractérisée par le passage des tribus de chasseurs/cueilleurs à des communautés d’agriculteurs : deux appréhensions radicalement différentes de l’environnement. Les rapprocher des pratiques de recrutement nous aide à mieux les comprendre.