COMMUNICATION RESEAUX SOCIAUX — 25 mars 2013

Je vous propose d’aller à la rencontre de Jean Boileau, Directeur des Communications et du Recrutement du Québec en Outaouais. Une personnalité riche, au parcours vraiment atypique, aux compétences à la fois en communication, relations publiques et événementiel, qui ne conçoit plus son métier sans les médias sociaux. Peut-être le profil idéal du Responsable de Marque Employeur ?

Bonjour Jean, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Depuis 1987, je suis directeur des communications et du recrutement à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Mes mandats ainsi que celui de mon équipe composée de dix personnes, sont de recruter de futurs étudiants et de faire la promotion de l’institution auprès des diverses clientèles. L’UQO possède deux campus, compte près de 7 000 étudiants, et forme de nombreux étudiants en arts, en administration, en gestion de projet, en sciences sociales, en santé, en psychologie, en informatique notamment. Rappelons que de nombreux programmes sont uniques en Amérique tel ceux en bande dessinée, en gestion des ressources humaines ou en cyberpsychologie. Sinon, je suis passionné par le marketing, les relations publiques, la publicité et les réseaux sociaux.

Quel est votre parcours ?
J’ai une formation universitaire en communication et une spécialisation en relations publiques. Avant le monde de l’éducation, j’ai dirigé les communications des villes de Salaberry-de-Valleyfield et de Gatineau en plus de présider l’Association des communicateurs municipaux du Québec. À la ville de Gatineau, j’ai aussi fondé le Festival de montgolfières de Gatineau qui est l’un des plus importants du genre en Amérique. La communication événementielle fut un tournant important pour cette communauté. J’ai aussi occupé divers postes de gestion des communications au Conseil canadien des ingénieurs, du Ministère de l’Agriculture du Canada, de la Cité collégiale (collège francophone en Ontario) et à la Fondation de l’UQO. Je suis membre agrée et fellow de la Société canadienne des relations publiques.

Ce qui vous plait le plus dans votre job ?
Ce qui me plait c’est la variété des tâches qui touche autant le marketing, les relations publiques que l’organisation d’événements. La venue des réseaux sociaux a complètement modifié la manière de faire des relations de presse et à la fois de communiquer avec les divers publics. Les contacts sont plus directs, plus rapides. Ils permettent de connaître rapidement l’humeur et les attentes. Ce sont des vitrines uniques pour faire valoir ses forces, ses services et surtout de pouvoir échanger avec les abonnés. On ne peut plus communiquer et gérer maintenant sans cette présence. Cela était impensable il y a moins de six ans.

Quelles sont les particularités de la communication de votre université ?
Les principales activités de promotion s’effectuent principalement lors de tournées de promotion dans les institutions scolaires et dans des salons spécialisés. C’est d’abord une communication de terrain, avec les futurs étudiants auxquels se greffent le Web et les réseaux sociaux.
L’UQO est aussi la première Université au Québec à faire la promotion de ses programmes auprès des futurs étudiants en permettant à ceux-ci de créer un guide des études personnalisé en ligne qui génère immédiatement une publication adaptée aux besoins de ceux-ci (voir l’exemple)

Comment ont évoluer les relations entre les universités, les étudiants et les entreprises ces dernières années ?
Les relations sont devenues  étroites entre les étudiants, les employeurs et les universités, que ce soit par la tenue de stage en entreprises permettant aux futurs diplômés de s’adapter au milieu du travail et à la fois de confronter leurs formations. Depuis quelques années, la tenue de salons de l’emploi organisés dans les murs des universités amène les dirigeants d’entreprises à recruter directement les étudiants et à se faire connaître.
Finalement, les entreprises investissement d’avantages envers leurs universités en offrant des dons importants pour la création de bourses destinées aux étudiants et la création de chaire de recherche.  À l’UQO, la dernière campagne de financement a permis d’amasser plus de 11 millions de dollars en dons pour le développement de l’Université et pour soutenir les étudiants dans divers programmes de bourses.

Quelles grandes tendances voyez-vous se dégager dans les relations écoles / entreprises ?
D’un éveil sur l’apport des universités à la vie culturelle, économique et sociale par les entrepreneurs et la population en général. L’éducation est la richesse de notre société. Pour l’avenir, ses relations ne cesseront d’évoluer en fonction du contexte économique de plus en plus difficile pour les entreprises, du financement ardu des universités et de la recherche d’emplois et des attentes des étudiants qui ne sont plus les mêmes que celles de leurs générations précédentes. Bien difficile d’en deviner la suite…

Suivre Jean sur Twitter : @JeanBoileau

Share

Partage

A propos de l'auteur

Franck La Pinta

J’accompagne depuis plus de 15 ans un groupe bancaire de dimension international dans sa transformation liée aux nouvelles technologies et au digital. J’interviens notamment pour analyser les impacts et exploiter les opportunités de cette révolution numérique sur les ressources humaines, le management, les process métiers, le marketing, la communication.

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.